Virtualisation avec VirtualBox

mardi 22 mai 2007
par  Yann
popularité : 8%

Documents
Fichier PDF de l’article
Installation pas à pas (épisode 1)
Installation pas à pas (épisode 2)
Installation pas à pas (épisode 3)

Résultat en images

Windows XP dans Ubuntu 7.04
Windows Vista dans Debian Sid

Mise
en Oeuvre de la Virtualisation

Table
des matières


1 Virtualisation (informatique) 2


1.1 Notions 2


1.2 Intérêts de la virtualisation 2


1.3 Historique 3


1.4 Comparaison de différentes techniques de virtualisation 3


1.4.1 Isolateur 3


1.4.2 Noyau en espace utilisateur 4


1.4.3 Machine virtuelle 4


1.4.4 Para virtualisation ou hyperviseur 5


1.4.5 Matériel 6

2 Xen 6


2.1 Présentation 6


2.2 Architecture de Xen 7


2.3 Acteurs industriels 7


2.4 Comparaison avec d’autres solutions de virtualisation 7

3
VirtualBox 8


3.1 Autres logiciels de virtualisation 8


3.2 Status : Guest OSes ¶ 8

Notes
et références 8


4 Votre Linux dans Windows sans repartionner 10


4.1 Préambule 10


4.2 Cet article couvre 10


4.3 Le nécessaire : 11


4.3.1 Matériel, système et logiciel 11


4.3.2 Pourquoi 11


4.3.2.1 Pourquoi VirtualBox ? 11


4.3.2.2 Pourquoi Ubuntu ? 11


4.3.2.3 Pourquoi la version "Alternate" d’Ubuntu ? 11


4.4 Téléchargements préalables 11


4.5 En route ! 11


4.5.1 Création et configuration de la machine virtuelle 11


4.5.2 Installation d’Ubuntu 20


4.5.3 Premier démarrage d’Ubuntu et mise à jour 29


4.6 Utilisation d’Ubuntu 35


4.7 Pour aller plus loin 35


4.8 Inconvénients 35


5 Un Linux dans votre Linux sans repartitionner 36


5.1 VirtualBox Open Source Edition : solution de virtualisation 36


6 Votre Windows dans Linux sans repartitionner 45


6.1 Introduction à VirtualBox 45


6.2 Installation de VirtualBox 45


6.3 Premier lancement 46


6.4 Installation de Vista 47


7 Pas de carte réseau avec Vista 47


8 Partage de répertoire Hôte <-> Invité 47



1 Virtualisation (informatique)

copie de
http://fr.wikipedia.org/wiki/Virtualisation_%28informatique%29


En informatique, on appelle
virtualisation l’ensemble des techniques matérielles
et/ou logicielles qui permettent de faire fonctionner sur une seule
machine plusieurs systèmes
d’exploitation
et/ou plusieurs applications, séparément
les uns des autres, comme s’ils fonctionnaient sur des machines
physiques distinctes. Les outils de virtualisation servent à
faire fonctionner ce qu’on appelle communément des serveurs
privés virtuels (« Virtual Private Servers »
ou VPS) ou encore environnements virtuels (« Virtual
Environments » ou VE).

1.1 Notions

Chaque outil de virtualisation implémente une ou plusieurs
de ces notions :

  • couche d’abstraction matérielle
    et/ou logicielle

  • système d’exploitation hôte
    (installé directement sur le matériel)

  • systèmes d’exploitations
    (ou applications, ou encore ensemble d’applications)
    « virtualisé(s) » ou « invité(s) »

  • partitionnement, isolation et/ou
    partage des ressources physiques et/ou logicielles

  • images manipulables :
    démarrage, arrêt, gel, clonage, sauvegarde et
    restauration, sauvegarde de contexte, migration d’une machine
    physique à une autre

  • réseau virtuel : réseau purement logiciel,
    interne à la machine hôte, entre hôte et invités

1.2 Intérêts de la virtualisation

Les intérêts sont :

  • utilisation optimale des
    ressources d’un parc de machines (répartition des machines
    virtuelles sur les machines physiques en fonction des charges
    respectives),

  • installation, déploiement
    et migration facile des machines virtuelles d’une machine physique à
    une autre, notamment dans le contexte d’une mise en production à
    partir d’un environnement de qualification ou de pré-production,
    livraison facilitée,

  • économie sur le matériel
    par mutualisation (consommation électrique, entretien
    physique, monitoring, support, compatibilité matérielle,
    etc.)

  • installation, tests,
    développements, cassage et pouvoir recommencer sans casser
    l’OS hôte

  • sécurisation et/ou
    isolation d’un réseau (cassage des OS virtuels, mais pas des
    OS hôtes qui sont invisibles pour l’attaquant, tests
    d’architectures applicatives et réseau)

  • isolation des différents
    utilisateurs simultanés d’une même machine (utilisation
    de type site central)

  • allocation dynamique de la
    puissance de calcul en fonction des besoins de chaque application à
    un instant donné,

  • diminution des risques liés au dimensionnement des
    serveurs lors de la définition de l’architecture d’une
    application, l’ajout de puissance (nouveau serveur etc) étant
    alors transparent.

1.3 Historique

Une bonne part des travaux sur la virtualisation fut développée
au centre de recherche IBM France de Grenoble (aujourd’hui disparu),
qui développa le système expérimental CP/CMS,
devenant ensuite le produit (alors nommé hyperviseur)
VM/CMS.

Par la suite, les mainframes
ont été capables de virtualiser leurs OS avec des
technologies spécifiques et propriétaires, à la
fois logicielles et matérielles.

Les grands Unix
ont suivi avec les architectures NUMA des Superdome d’HP (PA-RISC et
IA64) et des E10000/E15000 de Sun (UltraSparc).

Dans la seconde moitié des années 1990, les
émulateurs
sur x86 des vieilles machines des années 1980 ont connu un
énorme succès, notamment les ordinateurs Atari,
Amiga, Amstrad
et les consoles NES,
SNES, Neo
Geo
.

La société VMware
développa et popularisa à la fin des années 1990
et au début des années 2000 un système
propriétaire de virtualisation logicielle des architectures de
type x86 pour les architectures de type x86. Les logiciels libres
Xen, QEMU,
Bochs, Linux-VServer
et les logiciels propriétaires mais gratuits VirtualPC
et VirtualServer
ont achevé la popularisation de la virtualisation dans le
monde x86.

Les fabricants de processeurs x86 AMD
et Intel ont
implémenté dans leurs gammes de la virtualisation
matérielle dans la seconde moitié des années
2000.

1.4 Comparaison de différentes techniques de virtualisation

Légende :

  • En caractères gras :
    les couches lourdes et consommatrices en ressources.

  • En caractères italique : les couches
    légères et peu consommatrices en ressources.

Afin d’avoir une idée théorique des performances des
applications au sommet, il faut comparer verticalement l’empilage de
couches. Il faut garder à l’esprit qu’il est possible
d’élargir les schémas en rajoutant des environnements
virtualisés consommant également des ressources de
l’hôte.

1.4.1 Isolateur

Un isolateur est un logiciel permettant d’isoler l’exécution
des applications dans des contextes ou zones d’exécution.
L’isolateur permet ainsi de faire tourner plusieurs fois la même
application (à base d’un ou plusieurs logiciels) prévue
pour ne tourner qu’à une seule instance par machine.

Cette solution est très performante, du fait du peu
d’overhead, mais les environnements virtualisés ne sont pas
complètement isolés.



Architecture d’un
isolateur

Logiciels

de

contrôle

User-space

User-space

isolateur

isolateur

OS hôte

Matériel

Exemples :

  • Linux-VServer :
    isolation des processus en user-space

  • chroot :
    isolation changement de racine

  • BSD
    Jail
     : isolation en user-space

  • OpenVZ :
    libre, partionnement au niveau noyau sous Linux et Windows 2003

1.4.2 Noyau en espace utilisateur

Un noyau en espace utilisateur « user-space »
tourne comme une application en espace utilisateur de l’OS hôte
(qui a un noyau qui tourne directement sur la machine hôte en
espace privilégié). Le noyau user-space a donc son
propre espace utilisateur dans lequel il contrôle ses
applications.

Cette solution est très peu performante, car deux noyaux
sont empilés, elle sert surtout au développement du
noyau.

Architecture d’un noyau
en user-space

User-space

User-space

noyau user-space

noyau user-space

OS hôte

Matériel

Exemples :

  • User
    Mode Linux
     : noyau tournant en user-space

  • Cooperative
    Linux
    ou coLinux :
    noyau coopératif avec un hôte Windows

  • Adeos :
    micro noyau RT faisant tourner Linux en kernel-space non-RT

  • L4Linux :
    micro noyau RT faisant tourner Linux en kernel-space non-RT

1.4.3 Machine virtuelle

Une machine virtuelle est un logiciel (généralement
assez lourd) qui tourne sur l’OS hôte. Ce logiciel permet de
lancer un ou plusieurs OS invités. La machine virtualise le
matériel pour les OS invités ; les OS invités
croient dialoguer directement avec le matériel. Cette solution
est très comparable à un émulateur,
et parfois même confondue.

Cette solution isole bien les OS invités, mais elle a un
coût en performance. Ce coût peut être très
élevé si le processeur doit être émulé.

Architecture d’une
machine virtuelle

Logiciels

de

contrôle

User-space

OS invité

Drivers

User-space

OS invité

Drivers

Machine virtuelle

OS hôte

Matériel

Exemples :

  • QEMU :
    émulateur de plateformes x86, PPC, Sparc

  • Plex86 :
    émulateur de plateforme x86

  • bochs :
    émulateur de plateforme x86

  • PearPC :
    émulateur de plateforme PPC sur matériel x86

  • VMWare :
    propriétaire, émulateur de plateforme x86

  • Microsoft
    VirtualPC
    et VirtualServer :
    propriétaire, émulateur de plateforme x86

  • Lismoresystems Guest
    PC
     : propriétaire, émulateur de plateforme
    x86 sur matériel PPC

  • MacOnLinux :
    émulateur de plateforme Mac OS sur Linux PPC

  • VirtualBox :
    émulateur de plateforme x86

  • Parallels :
    propriétaire, émulateur de plateforme x86 pour Mac OS
    X.

1.4.4 Para virtualisation ou hyperviseur

Un hyperviseur est un noyau hôte allégé et
optimisé pour ne faire tourner que des noyaux d’OS invités
adaptés et optimisés pour tourner sur l’architecture
Xen. Les applications en espace utilisateur des OS invités
tournent ainsi sur une pile de deux noyaux optimisés, les OS
invités ayant conscience d’être virtualisés.

Cette solution de virtualisation est la plus performante.

Xen est un hyperviseur, même si sa version 3 peut maintenant
héberger des OS invités non modifiés.

VMware a un produit ESX Server qui fonctionne essentiellement
comme un hyperviseur.

Microsoft développe actuellement un hyperviseur basé
sur une architecture identique à celle de Xen. L’hyperviseur
de Microsoft sera intégré dans la version de Longhorn
serveur, sucesseur de Windows 2003.

Architecture Xen

Logiciels

de

contrôle

User-space

OS invité

Drivers Xen

User-space

OS invité

Drivers Xen

Xen

Matériel

Exemples :

  • Xen :
    noyau léger supportant des noyaux Linux, Plan9, NetBSD, etc.

1.4.5 Matériel

Le support de la virtualisation peut être intégré
au processeur lui-même, le matériel se chargeant
notamment de virtualiser les accès mémoire. Cela permet
de simplifier considérablement la complexité logicielle
de la virtualisation et de réduire sensiblement la dégradation
de performances.

Des exemples de virtualisation matérielle :

  • Hyperviseur IBM Power &
    Micro-partitionnement AIX

  • Mainframes : VM/CMS

  • Sun LDOM (hyperviseur pour la
    gestion de "logical domains")

  • Sun E10k/E15k

  • HP Superdome

  • AMD Pacifica

  • Intel VT (Virtualization Technology, anciennement Vanderpool)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Xen

2 Xen

Xen est un logiciel
libre
de virtualisation,
plus précisément un hyperviseur de machine
virtuelle
.

Il est développé par l’université
de Cambridge
au Royaume-Uni.
Xen permet de faire fonctionner plusieurs systèmes
d’exploitation
virtuels (invités) sur une seule machine
hôte.

2.1 Présentation

Xen permet de faire tourner plusieurs systèmes
d’exploitation
(et leurs applications) de manière isolée
sur une même machine physique sur plateforme x86.
Les systèmes d’exploitation invités partagent ainsi les
ressources de la machine hôte.

Xen est un « paravirtualiseur » ou un
« hyperviseur » de machines virtuelles. Les
systèmes d’exploitation invités ont « conscience »
du Xen sous-jacent, ils ont besoin d’être « portés »
(adaptés) pour fonctionner sur Xen. Linux,
NetBSD, FreeBSD
(portage en cours) et Plan
9
peuvent d’ores-et-déjà fonctionner sur Xen.

Xen 3 peut également faire tourner des
systèmes non modifiés comme Windows sur des processeurs
supportant la technologie VT[1].

Avec les technologies Intel Vanderpool
et AMD Pacifica
ce portage ne sera bientôt plus nécessaire et tous les
systèmes d’exploitation seront supportés.

Les architectures x86,
x64, IA-64,
PowerPC et SPARC
sont supportées. Le multiprocesseur (SMP)
et partiellement l’Hyper-Threading
sont supportés.

2.2 Architecture de Xen

Chaque système d’exploitation invité tourne dans un
« domaine ». Xen est une fine couche
fonctionnant directement sur le matériel.

Architecture Xen

Logiciels de contrôle Xen

Espace utilisateur

Espace utilisateur

Espace utilisateur

Espace utilisateur

Linux

NetBSD

FreeBSD

Plan 9

Xeno-Linux

Pilotes Xen

Pilotes Xen

Pilotes Xen

Pilotes Xen

Pilotes Xen

Xen

Matériel : processeur, mémoire,
stockage, réseau, etc.

2.3 Acteurs industriels

  • Ian Pratt, le chef du projet, a
    créé XenSource, une société dédiée
    au développement de Xen, à sa promotion et à
    son support. Des investisseurs ont injecté des millions de
    dollars dans cette société

  • Red
    Hat
    , projet
    Fedora
    , SuSE,
    Mandriva, Ubuntu
    Linux
    , Debian
    et Gentoo ont
    intégré Xen dans leur distribution

  • AMD
    a annoncé en février 2005 l’intégration de la
    technologie de virtualisation matérielle dans ses processeurs
    64 bits (AMD64 aka
    x86-64) sous le nom de code Pacifica. Cette virtualisation
    matérielle est utilisée par Xen version 3.

  • HP
    a annoncé dédier des ressources en contribution au
    projet Xen

2.4 Comparaison avec d’autres solutions de virtualisation

Généralement, la virtualisation nécessite un
système d’exploitation hôte installé sur le
matériel, et optionnellement une couche intermédiaire.
Un ou plusieurs systèmes d’exploitation invités peuvent
alors être installés en parallèle.

  • Les logiciels de virtualisation de type QEMU,
    VMWare
    Workstation/GSX ou VirtualPC
    sont des machines virtuelles complètes pour les systèmes
    d’exploitation invités, incluant même un BIOS
    logiciel (« firmware » ). Le système
    d’exploitation invité « croit » tourner
    sur un matériel, or il est « virtuel » ou
    « simulé » par le logiciel de
    virtualisation, l’OS invité n’a pas « conscience »
    d’être virtualisé. La surcharge introduite par
    l’empilage du système d’exploitation hôte et de la
    machine virtuelle en font des solutions peu satisfaisantes pour des
    besoins en performance. Ils sont toutefois les plus simples à
    mettre en œuvre.

  • Le logiciel de virtualisation de type VMWare ESX permet des
    machines virtuelles complètes pour les systèmes
    d’exploitation invités, incluant même un bios. Mais à
    la différence des machines virtuelles complètes
    précédemment citées, il y a empilage léger,
    la machine virtuelle se repose sur un noyau léger nommé
    vmkernel. C’est une architecture très similaire à Xen.

  • Les logiciels de type chroot,
    Linux-VServer,
    OpenVZ ou BSD
    Jail
    ne font qu’isoler certains aspects ou ressources du système
    d’exploitation hôte comme les systèmes de fichiers ou
    les espaces mémoire. Ces solutions sont très
    performantes, du fait du peu de surcharge (pas d’empilage d’OS hôte
    et d’un logiciel de virtualisation), mais les environnements
    virtualisés (on ne peut pas parler de machine ou systèmes
    d’exploitation virtuels) sont peu ou pas complètement isolés.

  • User
    Mode Linux
    (d’acronyme UML) est un noyau Linux compilé
    pour fonctionner en espace mémoire utilisateur (en dehors de
    l’espace noyau privilégié). Il se lance donc comme une
    application dans le système d’exploitation hôte. UML
    peut lancer et gérer ses applications de manière
    isolée des autres UML qui tournent sur la même machine.
    Solution très peu performante, car deux noyaux sont empilés,
    elle sert surtout au développement du noyau ou à la
    réalisation de pot
    de miel
    .

Du fait de cette « paravirtualisation »
(adaptation du système d’exploitation invité) et de sa
légèreté, Xen est un outil de virtualisation des
plus performants.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Virtual_Box

3 VirtualBox

VirtualBox
est une machine
virtuelle
créée par innotek
sur les hôtes Windows,
Linux 32 bits et Mac
OS X
supportant Windows (dont Vista),
Linux 2.x, OS/2 Warp,
OpenBSD et FreeBSD
comme systèmes invités[1].
Après plusieurs années de développement,
VirtualBox a été publié sous la licence GPL
en janvier 2007.

3.1 Autres logiciels de virtualisation

3.2 Status : Guest OSes

The following table gives an overview of how well VirtualBox
supports various operating systems in its virtual machines. Rows
marked with an asterisk (*) contain information reported by users and
not verified by InnoTek. (Page last updated 2007-05-11)

Notes et références

Guest OS

Status

Remarks

Windows family

Windows Vista

Works, with Additions

Need to install networking driver in guest manually ; see User
FAQ

Windows 2000

Works, with Additions

Windows XP

Works, with Additions

Windows Server 2003

Work, with Additions

Windows NT

Works, with Additions

Some issues with old service packs. Recommended to install
service pack 6a.

* Windows 98

Works, no Additions available

Linux family

Generally, all 2.4 and 2.6 kernels work ; however, we recommend
2.6.13 or above for better performance. Kernels 2.6.18 to 2.6.18.2
contain a race condition (which was unfortunately backported to
the Ubuntu 6.06 Server and 6.10 kernels) that can cause boot
crashes in virtual machines.

Ubuntu 5.10/6.06 Desktop/7.04 herd 5

Work, with Additions

Ubuntu 6.06 Server/6.10

Works partially, with Additions

The Ubuntu 6.06 Server and 6.10 kernels suffer from the race
condition mentioned above.

Debian 3.1

Works, with Additions

SUSE 9/10.0/10.2

Work, with Additions

Mandrake 10.1

Works, with Additions

Fedora Core 1/4/5/6

Work, with Additions

Red Hat Enterprise Linux 3 and 4

Work, with Additions

* Red Hat Linux 9

Works, with Additions

*Red Hat Linux 7

Doesn’t work

* Linspire 4.5

Works, with Additions

* Slackware 10.1

Works, with Additions

* Conectiva 10

Works, with Additions

* Xandros 3

Doesn’t work

Xandros 4

Works, with Additions

ArchLinux

Works, with Additions

Installation has to be booted with the ide-legacy
option.

Unices

FreeBSD

Works partially

FreeBSD 6.2 is known to cause problems.

* PC-BSD 1.3

Doesn’t work

OpenBSD

Works, no Additions available

* Solaris 10

Works partially

Not all releases work reliably, and networking does not yet
work.

Others

DOS

Works

Only limited testing as part of system installation processes
has been performed.

OS/2

Works partially

Requires VT-x hardware virtualization support. Only MCP2 is
reported to work reliably so far.

* Novell Netware 6.5

Doesn’t work

* BeOS 5

Doesn’t work

* Syllable

Doesn’t work

* Visopsys

Doesn’t work

* ReactOS

Doesn’t work


4 Votre Linux dans Windows sans repartionner

http://www.commentcamarche.net/faq/sujet-4952-linux-installer-linux-sans-repartitionner#materiel-systeme-et-logiciel

4.1 Préambule

Cet article va vous expliquer
comment installer et tester Linux sans risque et sans repartitionner.
Cette méthode pourra être appliquée pour
installer autant de distributions Linux que vous le souhaitez, et
sans jamais avoir à repartitionner votre disque dur
. Vous
verrez Linux tourner dans une fenêtre à l’intérieur
de Windows (ou en plein écran si vous le souhaitez). Cela veut
dire que vous pourrez utiliser simultanément Windows et
Linux. Le disque de Linux sera présent sous forme de fichier
dans votre partition Windows. Il n’y aura pas la moindre modification
dans votre table de partitions.
Pour la démonstration,
nous installerons Ubuntu (une distribution Linux populaire) dans une
machine virtuelle (VirtualBox).

4.2 Cet article couvre

  • La creation d’une machine
    virtuelle dans VirtualBox

  • L’installation d’Ubuntu

  • La mise à jour d’Ubuntu par internet

4.3 Le nécessaire :

4.3.1 Matériel, système et logiciel

  • Un PC sous Windows

  • 512 Mo de RAM ou plus

  • L’image iso d’Ubuntu
    (ubuntu-6.10-alternate-i386.iso)

  • Le logiciel VirtualBox (gratuit)

  • 3 Go d’espace libre (après
    récupératon de l’image ISO et installation de
    VirtualBox).

  • Il est conseillé d’avoir une connexion internet haut
    débit et active au moment de l’installation (pour les mises à
    jour)

4.3.2 Pourquoi

4.3.2.1 Pourquoi VirtualBox ?

VirtualBox est un logiciel de
virtualisation gratuit et léger. Il est plus léger que
VMWare et plus simple, c’est pour cette raison qu’il a été
choisi.

4.3.2.2 Pourquoi Ubuntu ?

C’est une
version de Linux simple à utiliser, et elle vous permettra
d’entrer en douceur dans le monde de Linux.Vous gardez bien sûr
sous la main toute la puissance de Linux (ligne de commande, etc.),
mais des centaines d’application sont installables par simple clic.

4.3.2.3 Pourquoi la version "Alternate" d’Ubuntu ?

Cette version nécessite
moins de mémoire pour l’installation, et offre malgré
tout exactement la même chose une fois installée. (La
version standard ne peut pas s’installer avec seulement 196 Mo de
RAM.)

4.4 Téléchargements préalables

Téléchargez Ubuntu :
ubuntu-6.10-alternate-i386.iso (730 931 200 octets) de
http://www.ubuntu-fr.org/
téléchargez VirtualBox de http://www.virtualbox.org
et installez-le.

4.5 En route !

Assurez-vous
que vous êtes connecté(e) à internet (Ubuntu se
sert de la connexion internet pour les mises à jour).

4.5.1 Création et configuration de la machine virtuelle

Créons notre machine virtuelle, et installons Ubuntu
dedans. Lancez VirtualBox et cliquez sur New :



Puis "Next" :



Comme nom de machine, entrez "Ubuntu" et sélectionnez
Linux 2.6.



Choisissez 196 Mo de RAM. Cela est suffisant pour faire
fonctionner Ubuntu sans problème.



Ici, nous allons créer un disque dur virtuel sur lequel
nous installerons Ubuntu. (C’est un simple fichier (en .vdi) qui
appraîtra dans la machine virtuelle comme un vrai disque dur.)
Cliquez sur "New".



puis "Next"



Sélectionnez "Dynamically expanding image". Cela
va créer un tout petit fichier qui grandira au fur et à
mesure des besoins d’Ubuntu.



Pour la taille, choisissez 3 Go. Cela sera suffisant pour Ubuntu
et vous permettra même d’installer des logiciels
supplémentaires.



Cliquez sur "Finish"



Voilà, notre disque dur virtuel a été créé.
Passons à la suite : cliquez sur "Next"



Cliquez sur "Finish"



Il nous reste quelques réglages à faire : Cliquez sur
"General" :



Dans la partie "CD/DVD-Rom", cochez la case "Mount
CD/DVD Drive", sélectionnez "ISO Image file" et
cliquez sur le petit dossier avec une flèche vers le haut.



Cliquez sur "Add" :



Selectionnez le fichier ISO d’Ubuntu que vous avez
téléchargé.(Cela équivaut à
insérer le CD d’Ubuntu dans la machine virtuelle.)



Notre fichier ISO est sélectionné, cliquez sur
"Select".



Pour profiter du son, allons l’activer : Dans la section "Audio",
cochez la case "Enable Audio" et sélectionnez
"Windows Multimedia".

4.5.2 Installation d’Ubuntu

Bien ! Passons maintenant à l’intallation d’Ubuntu
lui-même. Démarrez la machine virtuelle en cliquant sur
"Start". (Note : Pour entrer dans la machine virtuelle,
cliquez dans la fenêtre. Pour en sortir à tout moment,
appuyez sur la touche CTRL de droite.)



Après quelques instants, vous verrez apparaître
l’écran de démarrage d’Ubuntu :



Pressez F2 et choisissez "Français" (en utilisant
les flèches et la touche ENTREE)

Puis choisissez "Installer sur le disque dur"



Entrez le nom que vous voulez donner à cette machine (vous
pouvez laisser "ubuntu" : Pressez simplement ENTREE.)



Nous allons installer Ubuntu sur la totalité de notre
disque dur virtuel. Pas de panique ! Aucun risque pour votre disque
dur puisqu’il s’agit là uniquement de repartitionner le disque
virtuel (ubuntu.vdi).

Choisissez la première option ("Effacer et utiliser
tout le disque IDE1 maître (hda)")



Ubuntu vous demande confirmation : Confirmer en choisissant "Oui"
(avec les flèches gauche/droite et la touche ENTREE) :



Pour la configuration de l’horloge en UTC, choisissez "Oui"



Entrez votre nom complet (nom et prénon) (Ce n’est pas
obligatoire) :



Choisissez un nom de login. C’est le nom que vous utiliserez pour
vous connecter sur la machine.



Entrez un mot de passe pour cet utilisateur, et confirmez-le en
l’entrant une seconde fois.



Laissez ensuite le système s’installer (Cela peut prendre
un certain temps).



L’installation va vous demander si vous voulez installer les mises
à jour de traductions.
Choisissez "Oui"



Cochez toutes les résolutions inférieures ou égales
à celle de votre ordinateur. (Par exemple si vous êtes
en 1280x1024, cochez 1280x1024 et toutes celles qui sont en dessous.)
Utilisez les flèches haut/bas pour naviguer, ESPACE pour
cocher/décocher et TAB pour passer au bouton <Continuer>



L’installation se poursuit (Cela peut durer un certain temps)



L’installation est terminée !



Allez dans le menu "Devices" > "Unmount
CD/DVD-ROM".
(Cela équivaut à ejecter le CD de
la machine virtuelle)



Enfin, choisissez "Continuer" :

4.5.3 Premier démarrage d’Ubuntu et mise à jour

Ubuntu démarre.



Voici l’écran de login : Entrez votre login et votre mot de
passe.



Après quelques instants, voilà le bureau d’Ubuntu.
Félicitations ! Linux est installé et
prêt à l’emploi.



Ubuntu vous signale que des mises à jour sont disponibles :
Cliquez sur l’icône dans la barre des tâches :



La liste des mises à jour disponibles s’affiche. Cliquez
simplement sur le bouton "Installer les mises à jour".



Votre mot de passe vous sera demandé : Entrez-le.



Laissez le téléchargement et l’installation des
mises à jour se dérouler. Note : Lors d’une nouvelle
installation d’Ubuntu, il y a toujours un bon nombre de mises à
jour à télécharger. Rassurez-vous, les mises à
jour suivantes seront nettement plus légères.





Cette fenêtre signale la fin de l’installation des mises à
jour : Cliquez sur le bouton "Fermer".



La petite icône "Double-flèche" dans la
barre des tâches vous signale qu’un redémarrage est
nécessaire.



Pour le moment, arrêtons notre machine virtuelle : Cliquez ce
bouton :



Et choisissez "Arrêter" :



N’oubliez pas de "retirer" le CD d’installation
d’Ubuntu, puisque vous n’en avez plus besoin : Allez dans la
configuration du CD-Rom :



Et décocher le CD-Rom :

4.6 Utilisation d’Ubuntu

Vous pouvez maintenant démarrer votre système Linux
quand bon vous semble : Il est prêt à l’emploi.

4.7 Pour aller plus loin

Vous pouvez utiliser VirtualBox pour
installer autant de distributions Linux que vous le voulez ! (Tant
que vous avez assez de place sur disque dur.) Cela vous permet de
tester toutes les distributions sans jamais repartitionner votre
disque dur, et sans risque. Notez si vous avez assez de mémoire,
rien ne vous empêche de faire fonctionner plusieurs machines
virtuelles en même temps. En configurant le réseau
Ethernet virtuel, vous pouvez faire communiquer par réseau ces
machines virtuelles entre elles et avec votre machine physique.
(Chaque machine virtuelle peut ainsi avoir sa propre adresse IP.)
Bien sûr, vous pouvez également (si vous avez les
licenses), installer Windows dans Windows. Par exemple, installer
Windows Vista dans VirtualBox sous Windows XP.

4.8 Inconvénients

Cette solution a des inconvénients. Parmis les plus
gênants :

  • Lenteur : L’émulation par la
    machine virtuelle fait que Linux est plus lent que ce qu’il serait
    s’il était lancé seul.

  • Pas d’accélération
    3D : Linux n’ayant accès qu’à la carte graphique
    virtuelle de VirtualBox, il ne pourra pas profiter de l’accélération
    3D de votre carte graphique réelle.

  • Lenteur d’accès disque : Si le fichier contenant le
    disque virtuel est fragmenté, les accès disque seront
    d’autant plus longs. (Vous pouvez réduire cette fragmentation
    en défragmentant vos fichier .vdi avec des logiciels tels que
    contig
    ou JKDefrag).

5 Un Linux dans votre Linux sans repartitionner

http://icyberg.phenixmedia.ch/index.php?2007/01/16/41-virtualbox-open-source-edition-solution-de-virtualisation

5.1 VirtualBox Open Source Edition : solution de virtualisation

Par icyberg, mardi 16 janvier 2007 à 18:08 : : Ubuntu
- Logiciels
libres
: : #41
: : rss

VirtualBox vient de passer son logiciel de virtualisation en Open
Source, ou plutôt une version Open Source de son logiciel. La
version OpenSource ne possède toutefois pas la totalité
des fonctionnalités.

Afin de tester ce concurrent à Vmware, je vais installer la
version Full et ça me permettra ainsi de tester la nouvelle
sortie de Ubuntu 7.04 dans sa version Herd 2 (ou alpha 2). A ce
propos, je rappelle que jusqu’à sa date de sortie prévue
le 19 Avril 2007, Ubuntu 7.04 est en version de développement,
donc à ne pas utiliser sur une machine de production.

Installation effectuée sur une Ubuntu Edgy 6.10

Procédons par étape :

1. Installation des headers ainsi que certains
paquets avec la commande

sudo apt-get install linux-headers-`uname -r` build-essential gcc libxalan110 libxerces27

Il semble en effet que certaines personnes installant le logiciel
sans les headers se retrouvent avec quelques
problèmes
.

2. Téléchargement du logiciel Virtualbox sur
cette page
 : je télécharge la version Edgy. (juste à
préciser que l’on trouve également une version pour la
version 6.06 LTS ainsi qu’une version destinée à
Windows).

3. Installation du logiciel à l’aide d’un simple
double-clic qui lance l’installeur Gdebi (il m’ajoute 2 dépendances).

4. Ajout de mon utilisateur au groupe vboxusers à
l’aide de la commande :

sudo usermod -G vboxusers -a utilisateur

(ne pas oubler de remplacer le mot utilisateur par
votre propre nom d’utilisateur
;)
)

5. Se déconnecter et ensuite se reloguer

6. Lancer InnoTek VitualBox qui se trouve dans
Applications - Système, on arrive sur cet écran

Créer une nouvelle machine virtuelle

Cliquer sur new

Next (pas vraiment le choix
;)
)

Comme nom, je choisis Test Feisty et
sous OS Type, je prends Linux 2.6 dans la
liste déroulante et Next

Je lui alloue 512 Mo de mémoire RAM et ... Next

Je vais devoir utiliser une partie de mon disque dur comme hôte
pour ma machine virtuelle, donc comme je n’en possède pas
encore je choisis : New

Next

J’ai ici le choix d’un espace disque fixe ou alors lui donner un
espace de début et il grandira ensuite dynamiquement en
fonction des besoins. Je laisse l’option dynamique par défaut.

Je nomme l’espace Image Feisty et je lui alloue
4Go et Next

Et voilà, dorénavant, ma machine virtuelle se trouve
dans le fichier /home/samedi/.VirtualBox/VDI/Image Feisty.vdi
et Finish.

Retour à un écran déjà rencontré
mais cette fois le Boot Hard Disk est défini ... Next

Finish

Lancer le test de Feisty

Comme je souhaite lancer l’installation de Feisty non pas depuis
un cd mais directement depuis l’image ISO que j’ai téléchargeé,
je clique sur Settings et dans l’onglet CD/DVD
Rom
, je lui donne le chemin vers mon fichier ISO de Feisty.
Voici la fenêtre que je dois obtenir avant de cliquer OK.

OK

Lancer la machine virtuelle

Je double-cliques sur Test Feisty (powered off actuellement) et
voilà que ma machine virtuelle se lance avec un premier
avertissement :

Ceci juste pour me dire que la machine virtuelle va prendre le
contrôle de ma souris et de mon clavier. Je ne pourrais ainsi
plus les utiliser pour les autres applications ouvertes sur mon
bureau. Ceci n’est pas un état définitif : une simple
pression sur la touche Ctrl droite de votre clavier
et vous reprenez le contrôle pour les applications hors de la
fenêtre de virtualisation. Je cliques sur OK
et ... me voici devant un écran bien connu d’installation
d’Ubuntu.

Et voici : un simple petit Start or install Ubuntu
(avec un passage tout d’abord par les touches F2 et F3 pour définir
le langage et le clavier et le démarrage du liveCd se fait, ce
qui me permet de remarquer que le bug
de Edgy
qui ne propose pas de clavier suisse romand est réparé).

Un peu d’attente et je me trouve devant une Feisty. Bon tests.

Il y a quelques fils qui peuvent être intéressants à
parcourir en cas de problème :



6 Votre Windows dans Linux sans repartitionner

http://icyberg.phenixmedia.ch/index.php?2007/01/16/41-virtualbox-open-source-edition-solution-de-virtualisation

http://doc.ubuntu-fr.org/virtualbox

http://doc.gwos.org/index.php/VirtualBox

6.1 Introduction à VirtualBox

VirtualBox permet de lancer des machines virtuelles, tout comme
vmplayer/vmware
ou qemu. VirtualBox
permet d’installer de nombreux systèmes d’exploitation
invités. Deux versions sont proposées par l’éditeur
 : la version de base est gratuite pour un usage personnel ou éducatif
(Licence
PUEL
), mais payante pour les entreprises. La version Open Source
est entièrement libre mais amputée de certaines
fonctionnalités pour les entreprises, et n’est disponible
actuellement qu’à partir du SVN.
VirtualBox est disponible pour Windows, Linux, et prochainement Mac.

VirtualBox possède une interface (en QT) qui vous permettra
de gérer très simplement vos différentes
machines virtuelles. (il existe une interface en SDL : VBoxSDL)

Ce qui différencie VirtualBox des autres virtualiseurs
commerciaux, c’est qu’il offre une très bonne base GPL (et
laisse augurer un futur meilleur dans ce domaine), ainsi qu’une
rapidité d’exécution bien supérieure à
vmware par exemple. Ce
qui en fait le virtualisateur idéal (à ne pas confondre
avec un paravirtualiseur comme xen),
malgré quelques bugs de jeunesse. Enfin, il sera intégré
dans Feisty.

Lexique :

  • VM : Virtual
    Machine : Machine virtuelle.

  • OS : Operating
    System : Système d’exploitation.

  • OS Host : celui
    qui lance VirtualBox, normalement votre Ubuntu.

  • OS Guest : l’OS que vous émulerez
    sous VirtualBox.

6.2 Installation de VirtualBox

Avant d’installer VirtualBox, assurez vous que vous avez les
paquets suivants installés
(l’installation provoque la
compilation d’un module kernel) :
linux-headers-`uname -r`
build-essential gcc libqt3-mt libxalan110 libxerces27

Ensuite téléchargez le paquet .deb de Virtualbox
correspondant à votre version d’Ubuntu sur la
http://www.virtualbox.org/wiki/Downloads
du site de Virtualbox.

Pour feisty :

wget http://www.virtualbox.org/download/1.3.8/VirtualBox_1.3.8_Ubuntu_feisty_i386.deb

Pour edgy :

wget http://www.virtualbox.org/download/1.3.8/VirtualBox_1.3.8_Ubuntu_edgy_i386.deb

Pour dapper LTS

wget http://www.virtualbox.org/download/1.3.8/VirtualBox_1.3.8_Ubuntu_dapper_i386.deb

Puis installez
le paquet
téléchargé suivant la méthode
de votre choix.
Lors de l’installation, il faudra valider la
licence d’utilisation du logiciel. Si vous installez avec Gdebi, il
faut afficher le terminal de Gdebi et utiliser la touche tabulation.

Pour autoriser un utilisateur du système à utiliser
virtualbox, il faut l’ajouter au groupe vboxusers.

sudo adduser <utilisateur> vboxusers

(remplacez <utilisateur> par votre login)

Si à l’exécution du programme il ne se passe rien,
déconnectez votre session puis redémarrez le serveur
graphique via les touches Crtl Alt Backspace.

Si des problèmes surviennent, je vous renvoie à la
page http://doc.ubuntu-fr.org/virtualbox

6.3 Premier lancement

A partir de la première ouverture de la fenêtre de
VirtualBox, vous aurez à passer les étapes suivantes :

  • 1- Vérification des
    "global settings"
    pour adapter si vous le jugez
    préférable
     :

  • - le répertoire
    d’installation de VDI et Machines qui sinon sera installé par
    défaut sur /.VirtualBox

  • - le choix de la "host key" (Ctrl D sera choisi par
    défaut - voir case Input-)

  • 2- Création de la VM (taille, mémoire,
    son, USB, CD etc...)

Veiller notamment à cocher les cases "enable audio",
"enable usb", si vous voulez profiter de ces
fonctionnalités dans le futur (en effet, il est arrivé
que la mise en place de ces fonctionnalités, après
coup, pose problème à certains utilisateurs).

  • 3- Installation de l’OS émulé (via un
    CD ou une image iso)

  • 4- Rajout des "guest additions" (voir plus
    bas, amélioration de l’émulation ....)

Lorsque vous serez satisfait de votre installation, pensez donc à
prendre une "snapshot" (voir plus bas)

Nota : en session, il est important de noter que pour passer de
l’OS Guest à l’OS Host, il vous faudra presser la touche
CONTROL (de droite) ou toute autre touche que vous
aurez paramétré à cet effet. Cette touche
(configurable), permet d’effectuer les opérations les plus
courantes :

  • CTRL F : mode plein écran

  • CTRL DEL : envoi un CONTROL - ALT
    - DEL à l’OS Guest

  • CTRL BACKSPACE : envoi un CONTROL
    - ALT - BACKSPACE à l’OS Guest

  • ...

6.4 Installation de Vista

Dans mon cas, la déconnexion n’a pas suffit. J’avais
toujours un message d’erreur au lancement de VirtualBox, me disant
que je n’avais pas les droits nécessaires. J’ai donc rebooté
la machine et tout est rentré dans l’ordre.

L’installation de vista est décrite en image dans les
fichiers vista1(.odt/.pdf),et vista2(.odt/.pdf)

Le fichier vista3(.odt/.pdf) présente l’installation des
« additions » qui permettent de la gestion
simplifiée de la souris et du partage de fichiers. Cette image
ISO n’est disponible que la version PUEL.



7 Pas de carte réseau avec Vista

Malheureusement, avec Vista, plus de
support pour la carte réseau virtuelle AMD PCnet card qui est
fournie avec les machines virtuelles. Donc après
l’installation, la carte réseau n’est pas reconnue.

Pour régler le problème,
on télécharge le pilote officiel NDIS5 AMD à
l’adresse

http://www.amd.com/us-en/ConnectivitySolutions/ProductInformation/0,,50_2330_6629_2452%5E2454%5E2486,00.htm


Ensuite ; il faut permettre à
vista d’accéder à ces fichiers pour les installer (il
n’y a toujours pas de réseau).


Un solution est de créer un
image ISO qui les contient et de la monter dans l’invité
Vista. .


Sous linux on crée simplement
cette image à l’aide de la commande :

mkisofs -o name-of-target-iso -R -J
/path/to/folder/with/amd/driver/file


Une autre solution consiste à
mettre le pilote sur une clé usb et l’activé le
périphérique USB correspondant dans la machine
virtuelle.

Il ne reste plus qu’à installer
le pilote de manière « standard » sous
windows et la carte sera opérationnelle.

Dans mon cas j’ai conservé, la
configuration par défaut NAT.

8 Partage de répertoire Hôte <-> Invité

Comme indiqué plus haut, il est indispensable d’installer
les « additions » afin de profiter de la
gestion simplifier du partage de répertoire entre l’hôte
et l’invité.

Le système d’exploitation invité doit être
arrêté lors de ces manipulations sous peine de messages
d’erreur.

Il faut tout d’abord créé le répertoire de
partage sous linux par la commande :



yann@kenobi : $ mkdir virtualshare



Ensuite on va informer VirtualBox de la création d’un
répertoire partagé sur la la Machine Virtuel « vista »,
il portera le nom « virtualshare » et se trouve
à l’endroit « /home/yann/virtualshare »
sur la machine hôte. Voici la ligne de commande

yann@kenobi : $ VBoxManage sharedfolder add "vista" -name "virtualshare" -hostpath "/home/yann/virtualshare"
VirtualBox Command Line Management Interface Version 1.3.8
(C) 2005-2007 InnoTek Systemberatung GmbH
All rights reserved.

yann@kenobi : $



Ensuite dans une fenêtre de commande windows Vista faire :

net use E : \vboxsvr\virtualshare



Il faut bien mettre « vboxsvr » qui spécifie
le serveur virtuel de VirtualBox. Normalement vous avez un lecteur
réseau connecté dans lequel vous trouverez les fichiers
du répertoire de l’hôte.

Cela fonctionne très bien sous Windows XP, mais pour
l’instant je n’ai pas réussi à le faire fonctionner
sous Vista. Cela vient peut être du fait que le support Vista
est encore expérimental. Il est d’ailleurs indiqué dans
le manuel utilisateur :

Experimental support, full support expected soon. Guest Additions are available with a limited feature set.

Pour l’instant j’utilise winscp qui fonctionne très bien.

Voici une séquence complète de commande

yann@kenobi : $ mkdir VBoxshare
yann@kenobi : $ VBoxManage sharedfolder add "vista" -name "VBoxshare" -hostpath "/home/yann/VBoxshare/"
VirtualBox Command Line Management Interface Version 1.3.8
(C) 2005-2007 InnoTek Systemberatung GmbH
All rights reserved.

yann@kenobi : $ VBoxManage showvminfo vista VirtualBox Command Line Management Interface Version 1.3.8
(C) 2005-2007 InnoTek Systemberatung GmbH
All rights reserved.

Name : vista
Guest OS : Windows Vista
UUID : 32cdfb95-67da-4dae-8984-50017a511854
Config file : /home/yann/.VirtualBox/Machines/vista/vista.xml
Memory size : 1024MB
VRAM size : 8MB
Boot menu mode : message and menu
ACPI : on
IOAPIC : off
Hardw. virt.ext : off
State : powered off
Floppy : empty
Primary master : /home/yann/.VirtualBox/VDI/vista.vdi (UUID : ef7ef9dd-1a01-46b0-95bd-1a3856c59997)
DVD : /home/yann/temp/pilote_reseau_vista.iso (UUID : 7720960c-82ae-4012-8b93-1b4060185ae3)
NIC 1 : MAC : 080027CDF2C2, Attachment : NAT, Trace : off (file : <NULL>)
NIC 2 : disabled
NIC 3 : disabled
NIC 4 : disabled
Audio : disabled (Driver : Unknown)
VRDP : disabled
USB : disabled

USB Device Filters :

<none>

Shared folders :

Name : ’VBoxshare’, Host path : ’/home/yann/VBoxshare’ (machine mapping)

yann@kenobi : $

Voilà, c’est fini pour cette petite initiation, tous commentaires et corrections sont les bienvenus à l’adresse morere@univ-metz.fr


Brèves

25 février 2011 - Scilab : Application GUI

Application GUI dans Scilab : Étude des systèmes automatiques. Systèmes Linéaires

9 janvier 2011 - Modèle 3D dans Scilab

Afficher des patchs dans Scilab à partir de Modèle 3D blender. Modèle 3D dans (...)

2 octobre 2010 - Plugins LDraw pour Blender 2.49

Importez vos modèles LEGO (MLCad et autres) dans blender grâce au plugin d’importation (...)